Ocde: les dépenses pour l'hypertension artérielle et le diabète augmentent

Les antihypertenseurs, les hypoglycémiants et les nouveaux médicaments entraînent des coûts de médicaments beaucoup plus élevés en allemagne que dans presque tous les autres pays du monde.

Ocde: les dépenses pour l'hypertension artérielle et le diabète augmentent

Les Allemands dépensent environ un tiers de plus en médicaments par habitant que la moyenne des pays de l'OCDE. Pour 2013, l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) a estimé les dépenses par habitant à environ 620 euros (678 dollars) - et à la hausse. Selon les assurances santé, les dépenses en médicaments ont augmenté de 10% l'année dernière (2014) pour atteindre le niveau record de 35 milliards d'euros.

Les antidépresseurs, le diabète et les antihypertenseurs

Selon l'OCDE, les facteurs de coût sont les médicaments contre l'hypertension et le diabète, qui sont particulièrement prescrits en Allemagne. En outre, selon le rapport de l'OCDE, l'abolition des remises de prix et des nouveaux médicaments particulièrement coûteux dans ce pays. Selon l'OCDE, les Allemands prennent trois fois plus d'antihypertenseurs que les Autrichiens. Il convient de noter, cependant, que l'hypertension artérielle en Autriche est diagnostiquée chez seulement un quart des personnes. En Allemagne, selon les statistiques et le groupe d'âge, entre 20 et 50 de tous les adultes sont considérés comme hypertendus.

L'OCDE a également enregistré une augmentation supérieure à la moyenne des dépenses pharmaceutiques pour les antidiabétiques et les antidépresseurs. La consommation de médicaments pour le diabète (diabète) a presque doublé entre 2010 et 2013. Pour les médicaments contre la dépression, la consommation de l'OCDE est passée de 21 doses quotidiennes pour 1 000 habitants en 2000 à 53 doses quotidiennes pour 1 000 habitants en 2013. L'Allemagne reste donc juste en dessous de la moyenne des pays de l'OCDE.

Forte proportion de médicaments génériques

L'un des objectifs déclarés de la politique de santé allemande est de limiter les dépenses en médicaments. Par conséquent, les législateurs et les assurances santé encouragent la prescription de médicaments pour lesquels la protection par brevet a expiré. Selon l'OCDE, ces médicaments génériques ou produits contrefaits, nettement moins chers, représentent désormais 80% des prescriptions d'ordonnance. Dans la moyenne de l'OCDE, cette part est nettement inférieure à 48%. Cependant, seuls la Grèce, les États-Unis, le Japon et le Canada dépensent plus par habitant en médicaments que les Allemands.


Comme Ça? Partager Avec Des Amis: